Les trains d’antan, mémoire du Gard

Dans les années trente le réseau ferré français comptait pas moins de 62 000 kilomètres de voies. Aujourd’hui, moins de la moitié des kilomètres est exploitée.

Sur la commune de Saint-Hippolyte-du-Fort c’est en 1970 que fut stoppé le trafic des trains avec voyageurs ( ligne Nîmes – Sommières – Le Vigan). Quelques trains de marchandise continuèrent de circuler jusque dans les années 80.

En arrière plan on aperçoit la tour « Saint-Jean » (ou parfois appelée Saint-Louis) fut le point névralgique des fortifications du XVIIe siècle face aux vallées cévenoles.

 

Le viaduc surplombe le fleuve du Vidourle

L’ancien réseau est parfois aménagé en « voie verte » : ce qui est notamment le cas sur Saint-Hippolyte-du-Fort (ancienne voie en direction de Ganges) et entre Sauve et Quissac.

One Comment

  1. Pingback: Aux portes des Cévennes : Saint-Hippolyte-du-Fort - San

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.